Nouvelles et blogue

Paspébiac, un patrimoine d’envergure nationale! Chronique #3 La Charpenterie 1
Paspébiac, un patrimoine d’envergure nationale! Chronique #3 La Charpenterie
30 juillet 2021

Le Site historique national de Paspébiac fête son anniversaire! Depuis 40 ans, il est classé comme site patrimonial par le gouvernement du Québec. Et, depuis 20 ans, comme lieu historique national du Canada.

Tout cela n’aurait pas été possible sans l’intervention d’un groupe de citoyens de Paspébiac. Initié par deux femmes, Thérèse Allard et Alma Nadeau, le comité a réussi à sauver de la destruction onze bâtiments des compagnies Robin et LeBoutillier Brothers.

Pour souligner l’événement, découvrons l’histoire de l’Entrepôt LeBoutillier avec Linda Gagnon, animatrice à la station CHNC, et Jeannot Bourdages, conservateur au Site historique national de Paspébiac.

Charpenterie,  [entre 1845 et 1866]

En 1791, la Charles Robin and Company lance son propre chantier naval sur le banc de Paspébiac. Pour ce faire, elle procède à l’embauche de James Day, un maître-charpentier possédant plus de vingt ans d’expérience.

Sous sa gouverne, le chantier produit un navire tous les deux ans. Il s’agit ici de vaisseaux de grandes dimensions, appelés à relier les différents ports de l’Atlantique. Au 19e siècle, il constitue ainsi l’un des plus importants chantiers navals de l’Est du Canada.

Au plan de la main-d’œuvre, la compagnie Robin fait venir des artisans spécialisés, le plus souvent de l’île de Jersey. Ceux-ci sont également affectés à la réparation et à la construction des bâtiments de Paspébiac.

Un détail architectural
À l’intérieur, de nombreux graffitis à la craie rappellent des événements de la vie quotidienne sur le banc de Paspébiac: Par exemple, “Le navire Century a quitté Paspébiac pour le Brésil”

Une impressionnante collection d’objets
Outils, maquettes, gabarits, demi-coques… La charpenterie compte également une barge traditionnelle de pêche en construction.